mercredi 7 mai 2014

Camping-car forêt acide



à douze ans j'aurais pu
te dire ça va se mettre
bien
tu vas cicatriser
maintenant j'ai trop 
rien
à ajouter au vide

les plongeons du dix mètres
sans eau dans la piscine
ça
nous connaissait à fond
on rêvait en béton
sur "like a virgin"

on ne guérira pas
de la tourbe et du miel
pas de la gueuserie
ni du sang mal reçu

on sera au trottoir
après les concerts rock
à regarder la nuit
sur nos phalanges nues

à douze ans j'aurais dit
sautons jusqu'à mainte-
nant
oublions l'avenir
et sa tête de con
sa langue de pendu

j'en ai trente et je suis
en train de divaguer
sur
comment m'exiler de
ce monde qui sent
cet antre où le jour 
peine

on ne guérira pas
des armées primitives
pas du Koweit ni des
bras tendus de la mort

mais si t'étais restée
on aurait pu stopper
la peur en nous
qui gagne à chaque manche

les dimanches au mouroir
et la tête de tanche
de l'infirmière qui a fait
ce qu'elle a pu

on aurait habité
un ancien monospace
on aurait cuit des cerfs
et chassé les intrus

par le pouvoir de rien
j'aurais choisi ta grâce
et on aurait arrêté de déconner un peu




2 commentaires: