vendredi 3 mai 2013

Le parler des vents futurs #4



L'innocence perdue gratte comme un membre fantôme après amputation. La carte de Zane Red dans la poche intérieure du veston. Un pain de C4 contre le ventre, c'est une autre façon de parler. On ne veut plus de mots, on en a trop. Si on songe au nombre de moins en moins raisonnable de personnes pour qui la vérité est une chambre de bonne imbibée de l'odeur du foutre et de la viande, alors on peut inférer que le suicide est une voie de reptation non euclidienne, quoique fertile, vers Dieu ou la corporation céleste. Ce faisant, nul n'a besoin de connaître le corps au-delà de ses besoins, au-delà de la démangeaison de l'innocence perdue, le reste est spéculation - déjà mentale, de fait. Penser, c'est vivre le virus.

En cavale, la première chose qu'on fait, c'est trouver un vétérinaire de campagne. Avec une lame creuse, il peut retirer l'implant. Quand on est comme Lamb, on va pas chez le véto, on se crame le bras avec une cigarette jusqu'à s'effacer des radars. Lamb avait échoué dans une bicoque en banlieue. Il y avait passé près d'un an, avec pour seule compagnie une intégrale de Stevenson et sa brûlure sur le bras qui le démangeait tous les jours. Zane Red disait : "le secret n'est pas de dégainer, mais de penser plus vite". 

Le suicide est une voie de reptation quand on n'en a pas d'autre, quand le langage a bouffé les neurones. Le journal de l'auteur mort, ce n'est pas de l'éloquence, ce n'est plus du langage. Un chat peut distinguer l'élégance de la contrefaçon, il porte le truc en lui, c'est son corps. Le costume gris perle du flic balourd dans son fauteuil, un gobelet de café dans une main, une paire de jumelles dans l'autre. C'est cela la contrefaçon, les mecs en carton de la littérature. Un malade mental connaît la différence entre la parole et le langage. Un malade mental n'a plus besoin du réseau. 

Aujourd'hui ils sont tous autour, comme les enluminures sur un grimoire de sorcière. Avec eux, même ton suicide ne t'appartiendra pas. Une âme, un magot dévalué, un paquet hermétique sorti de la fabrique, une monade, tout standard. Des sacrifices pour un sabbat plus vieux que la terre. Un cœur de lave, l'ogre dedans, c'est du soleil organisé, distribué avec la came. Mourir sur un lit à poil, position érotique, des étoiles américaines sur les tétons. Même ta mort ne t'appartiendra pas, on t'en absentera, tu es absent depuis le début, tu mérites même pas d'être conscient de crever. Ce qui était beau ou humain, les odeurs de serpolet dans la montagne d'enfance, la première scansion de deux mots que tu as collés ensemble avant que quiconque y pense, on t'a pris cela, on te bercera plus, on ne veut plus de mots, on en a trop. 


Lamb regardait la banlieue poudroyer comme une chienne après un traitement antiparasitaire. Terrains vagues. La Tour de Super Jehovah au loin. Plus bas, derrière le feu, la maison de Joker. Sur le toit, la dernière huppe du monde, belle comme les titans, le monde qu'on veut enterrer, la barbarie est aux portes, aux portes de moi j'examine ma propre barbarie, je touche la boule du virus entre mes côtes, Lamb touche la boule. Joker fait un feu. Sous le nuage, les ailes de la huppe nous couvrent les yeux, nous sommes innocents, notre visage est celui d'Harpocrate. Notre enfance atomisée, notre être réduit à l'infra-famille, nous nous berçons nous-même, chacun devient la plume dans l'oreiller de l'autre. Les ailes sur les yeux, comme des anges qui ne peuvent plus regarder la lumière éclatante de face, nous nous endormons pour la première fois en tirant sur la boucle de la ceinture.

1 commentaire: